Alice Springs

Située dans le centre rouge de l’Australie, cette ville, mieux servie au niveau aérien et mieux équipée qu’Ayers Rock est le point de base de beaucoup d’excursions dans la région. Située sur la route entre Adelaïde au sud et Darwin au nord, c’est aussi un centre pour la culture aborigène.

Beaucoup d’hôtels et de services pour les touristes. Vous pourrez facilement organiser vos excursions vers Uluru, MacDonnell Ranges ou Kings Canyon que je n’ai malheureusement pas pu faire.

Mais Alice Springs propose aussi ses propres activités. En particulier le Desert Park que j’ai particulièrement apprécié. Une reconstitution des différents déserts de l’Australie, de l’outback avec ses oiseaux et animaux. Ainsi par exemple une volière où on entre pour écouter les différents chants des oiseaux. Mais également une maison des animaux nocturnes : dans la pénombre on peut observer ces animaux qu’on rencontre rarement. Pour nous permettre de les voir de jour, les lumières sont allumés la nuit dans la maison. Superbe. Et enfin diverses activités dont une explication particulièrement claire sur la vie des aborigènes en Australie.

Desert Park à Alice Springs

Malheureusement Alice Springs présente parfois une autre vision du monde aborigène. Ce qui frappe c’est l’impression d’insécurité, la police et les peuples originels parfois très alcoolisés qui errent dans les rues et les parcs. On sent une forme de désespoir dans cette perte d’identité qu’ils expérimentent.

Enfin un grand RDV d’Alice Springs : le coucher de soleil sur le point le plus haut de la ville.

Coucher de soleil sur Alice SpringsCoucher de soleil sur Alice Springs

A chaque voyage on croise des gens, mais à Alice Springs j’ai rencontré Rodolphe et Nathalie. Ils m’ont gentiment ramenée à mon hôtel une fois la nuit tombée. Mais ce qui interpelle c’est que nous nous sommes régulièrement recroisés les jours qui ont suivi. Sur un parking improbable dans les MacDonnell Ranges et pour observer un autre coucher de soleil : celui sur Uluru. Le monde est finalement bien petit.

Uluru & Kata Tjuta

Si on s’arrête au centre de l’Australie c’est, outre voir le désert et l’outback, pour visiter Uluru, le fameux monolithe mondialement connu et classé par l’Unesco.

Ce bloc de grès de 350 mètre de hauteur n’est en fait que la partie visible d’une montagne de pierre s’enfonçant probablement à 6000 mètres de profondeur. Mais c’est surtout un lieu sacré pour les aborigènes où l’on peut d’ailleurs observer des peintures murales. Cet emblème pour la culture locale a toujours sa place dans la tradition aborigène et certains endroits ne doivent pas être pris en photo. Il reste de très belles balades à faire au pied d’Uluru.
Uluru en Australie
Par contre monter sur le « rock » est considéré comme un offense, ce qui n’empêche pas de nombreuses personnes d’en faire l’ascension pourtant dangereuse. Les japonais en particulier qui dans leur culture considère que c’est rendre hommage à la montagne que de l’escalader (les gens qui montent sont à droite sur la photo).
Uluru en Australie
Les touristes respectent donc plus ou moins les restrictions, mais visiblement certains s’en repentent. Ainsi on peut lire de nombreuses lettres au centre culturel de personne qui rendent des pierres collectés ou des photos prises au peuple aborigène et à la montagne. Une dame a lié son comportement à l’arrivé du tsunami au japon, et un couple dont j’ai lu la lettre expliquait que depuis leur retour de lune de miel d’Uluru avec pierres et photos, ils n’avaient eu que des difficultés et en particulier ils souffraient de maladies de peau. Les pierres ainsi rendues sont remise à la montagne lors de cérémonies régulière. Mais mieux vaut suivre la loi locale ou Tjukurpa. Ce que j’ai fait.

Uluru en Australie
Par contre rien n’empêche de faire comme quasiment tous les touristes venus à Uluru et d’observer le coucher du soleil sur le rocher et les couleurs changeantes qu’il prend alors. Avec un verre de vin pétillant en main ça devient totalement divin. Un grand moment.

Coucher de soleil sur Uluru en Australie
Mais Uluru n’est pas la seule merveille de ce parc reconnu par l’Unesco. Il ne faut pas oublier de visiter les monts Olga ou Kata Tjuta (nombreuses têtes selon les aborigènes). Lieu sacré également c’est une chaine de montagnes rondes plus hautes qu’Uluru situé et situé à peine à une trentaine de kilomètres du rock.

Mont Olga en Australie

Mont Olga en Australie

West MacDonnell Ranges

Une des excursions que j’ai choisie de faire au départ d’Alice Springs, c’est d’aller me balader dans les West MacDonnells. En fait cette chaine de montagne érodée est la seule qui va d’Ouest en Est de toute l’Australie et Alice Springs est situé justement sur ces montagnes. On peut choisir d’en visiter la partie Est ou Ouest, mais cette dernière est la plus réputée.

Les MacDonnell Ranges ont émergés il y a 800 millions d’années et étaient à l’époque bien plus élevées (selon les guides ça va de la hauteur de l’Himalaya, à celle des Rocheuses pour finir à 45OO mètres comme les Alpes). En tout cas de nos jours le plus haut sommet culmine à 1500 mètres mais les paysages restent superbes.

West MacDonnel Ranges en Australie

J’avoue que cette excursion m’a particulièrement plu pour deux raisons outre la beauté des lieux. Michèle notre guide qui nous a appris énormément de choses sur la flore locale et en particuliers les arbres du désert et des montagnes. Et puis le fait que nous n’avions que de courtes distances à parcourir d’un lieu d’intérêt à un autre ce qui donnait un programme très agréable à suivre : une heure de voiture, une heure de rando…

Parmi les lieux visités dans les West MacDonnells, nous nous sommes rendus de bon matin au Stanley Chasm, un défilé entre deux parois rocheuses verticales de 80 mètres de hauteur.

West MacDonnel Ranges en Australie
Bien sûr les endroits visités ont souvent une signification particulière pour les aborigènes et Ochre Pits en particulier est pour eux une réserve de couleurs à utiliser pour les peintures murales ou corporelles.

West MacDonnel Ranges en Australie
Enfin un endroit lui aussi emblématique car havre de paix et réserve d’eau fraiche, Ellery Creek Big Hole où il doit faire bon se poser en plein été.

West MacDonnel Ranges en Australie
Nous avons encore visité d’autres gorges pour une journée sublime, équilibrée et particulièrement intéressante.

Préparation de l’escale à Alice Springs

Alice Springs est ma destination Centre Rouge qui me permettra d’aller voir la fameuse roche sacrée d’Uluru, site classé par l’Unesco bien évidemment.

Coucher de soleil sur Uluru

J’y ai choisi un hôtel un peu plus haut de gamme car ça sera aussi une étape qui doit me permettre de me reposer un peu avec 4 nuits sur place, un climat plus clément. Mon choix : Chifley Alice Springs Resort.

Au programme : un jour d’excursion à Uluru avec le coucher du soleil sur la montagne et puis peut être une deuxième excursion vers le West MacDonnell National Park.