Les Moais marchaient jusqu’à la mer

Les Moais sont ces grandes statues qu’on retrouve partout sur l’Île de Pâques. Elles ont largement contribué à faire connaître ce bout de terre perdu dans l’océan pacifique et on en sait maintenant beaucoup plus sur leur rôle et leur construction.

Coucher de soleil sur l'Ile de Paques

Déjà ce n’était pas des Dieux, mais des représentations des défunts influents qui avaient pour but de veiller sur les villages. C’est pour ça qu’ils regardent vers l’intérieur de l’île. Leur construction et mise en place a probablement été également un moyen d’occuper le temps. Ils étaient extraits d’une carrière, sculptés sur place, déplacés debout grâce à des cordes (style Bidibule centimètre par centimètre) puis érigés sur leur plateforme et peaufinés sur place. Les aristocrates représentés portaient un chapeau rouge représentant leurs cheveux teints en rouge.

Stéphanie et 15 Moais sur l'Île de Pâques
Au cours du temps ils ont évolué et surtout sont devenus plus grands et plus stylisés. S’est développé également une compétition entre les différentes tribus qui a mené aux guerres et au renversement des statuts.

Carrière de Moais sur l'Île de Pâques
Difficile de dire combien il y en a en totalité. On visite surtout les plus belles restaurées et la carrière où étaient abandonnées sur place celle qui étaient imparfaite. Mais à l’occasion des pluies, régulièrement d’autres apparaissent. Le sous-sol en cache encore probablement un grand nombre.

La magie c’est qu’on vient pour les Moaïs, et que très vite ce qu’on apprécie c’est tout ce qu’il y a autour. L’île de Pâques est un petit paradis, sans criminalité, où tout le monde se salue et surtout où il y a bien d’autres choses à voir et à faire.

Pourquoi n’y a-t-il plus d’arbre sur l’île de Pâques ?

Avant de venir sur l’île de Pâques je pensais que la déforestation était due à l’utilisation des arbres pour transporter les Moais. Fausse idée. Déjà car les Moais marchaient debout jusqu’à la mer…(Les Moais marchaient jusqu’à la mer). Et puis parce que quand on habite sur une île aussi petite, on prend garde à ne pas épuiser toutes les ressources.

Alors qu’en est-il ? En fait l’utilisation du bois par les habitants est tout de même responsable en partie de la destruction des forêts. Ils utilisaient le bois pour faire du feu, construire des bateaux de pêche et leurs maisons. Et la population a beaucoup augmenté sur l’île donc le besoin en bois également, et comme il n’était pas considéré comme un aliment possible et il n’a pas été préservé. Mais ils n’ont pas tout collecté.

Île de Pâques : rando vers le sommet dégarni
Par la suite un autre facteur s’est ajouté : les rats. Importés sur l’île par la suite, ils étaient et sont toujours friands des graines. Pour les éradiquer des faucons ont depuis été introduits, mais ils ne font pas le travail visiblement.

Enfin un troisième facteur est à prendre en compte : le feu. De grands incendies se sont chargés de finir le travail.

C’est la conjonction de tous ces facteurs qui est à l’origine de l’aspect fort chauve du paysage. D’autant plus que l’absence d’arbre ne facilite pas le reboisement. La terre ne fixe plus les possibles pousses et le vent rend les choses encore plus difficiles.

Mais il y a quand même des arbres sur l’île de Pâques. Des cocotiers venus de Tahiti, et des bosquets plantés il y a une centaine d’années qui commencent à faire reverdir les hauteurs. Je suppose également qu’un effort est fait dans ce sens au niveau local et la situation s’améliore.

Paysage de l'Île de Pâques

Tourisme sur l’île de Paques

L’île de Pâques, classée Unesco est considérée comme le plus grand musée à ciel ouvert et attire forcément de nombreux touristes. Actuellement il y en a 85000 par an pour une population locale de 6000 habitants. Évidemment ça a changé l’économie de cette île qui maintenant tire ses revenus à 90% du tourisme. Tout est donc fait pour bien accueillir les visiteurs.

De nombreux hôtels qui tous prévoient le transfert de l’aéroport. Il n’y a pas de transports publics, mais de nombreux taxis qui parfois s’improvisent également guide. Mais mieux vaut prendre un tour avec un guide accrédité qui ne vous racontera pas que ce sont des éléphants qui ont permis de déplacer les Moaïs (véridique). Tous proposent 3 tours différents qui permettent de voir l’essentiel des merveilles de ce petit territoire. Un tour d’une journée qui vous amène au plus loin, vers la carrière, la pierre magnétique, la plage et l’alignement des 15 moaïs. Puis deux tours d’une demi-journée, l’un pour le village d’Orongo, l’autre qui vous mène à la plus grande grotte en passant par la carrière des « coiffes rouges » et l’alignement de 7 moaïs du centre de l’île. Les prix sont tous les mêmes à peu de chose près et les guides parlent en général anglais et espagnol. Des tours dans d’autres langues peuvent être choisis, mais ne seront pas proposés tous les jours.

Et puis évidemment la location de véhicule est une grosse industrie. Difficile de tout faire à pied même s’il n’y a que 23 km d’un bout à l’autre. Le vélo et le scooter sont rois, mais le 4X4 est souvent privilégié. Pour ma part j’ai opté pour l’aventure quad. La liberté est à ce prix.

Stéphanie en quad sur l'Île de Pâques
Enfin on mange très bien sur l’île de Pâques, les restos sont nombreux et de bonne qualité. Par contre les prix sont assez proches de ce qu’on peut avoir en France.

La destination reste chère, le billet d’avion, l’hôtellerie et les activités. Et ça risque bientôt d’être un facteur discriminant. Car selon une étude menée ici, la limite pour préserver l’île est de 100 000 visiteurs par an. Il faut dire que le tourisme s’est particulièrement développé les 10 dernières années changeant totalement la vie des habitants maintenant favorisés, mais qui ne veulent pas voir détruire leur capital.

Île de Pâques : Moais sur le plage
Enfin outre les visites, l’île de Pâques regorge d’autres activités : plongée, balade à cheval, nombreuses sublimes randonnées. Un petit bijou et un paradis où la vie s’écoule sans stress et dans une grande convivialité. On s’y sent bien. Donc si vous voulez tenter l’expérience ne tardez pas trop, bientôt la limite sera atteinte. Pour ma part je pensais bien évidemment que cette visite de ce bout de terre si loin de tout serait mon unique, j’en suis moins sûre maintenant. J’aimerais beaucoup revenir, il y a tant à voir et à faire dans ce paradis.

Visa de l'Île de Pâques

Ile de Pâques : fiche pays

L’Ile de Pâques n’est pas un pays, « Rapa Nui » appartient au Chili. Mais c’est surtout l’île la plus éloignée de toute terre habitée, à 3760 km du Chili.

Monnaie : peso chilien. Change en juin 2013 : 1000 pesos = 1.5 € / 1 € = 650 pesos

Langue parlée : espagnol
Ville principale : Hanga Roa
Population : 3800 habitants

Mais ce sont surtout les 887 Moai qu’on vient y voir. Et personnellement je voudrais explorer cet endroit du monde qui est un exemple de catastrophe écologique qui a mené à la fin d’une civilisation.

Préparation de l’escale à l’Ile de Pâques

Avant d’arriver sur l’Île de Pâques, j’aurai expérimenté la remontée dans le temps car lors du vol entre l’Océanie et l’Amérique du Sud, je changerai de fuseau horaire de manière à partir le 26 juillet et, malgré les 28 heures de trajet à arriver le même jour !

Première chose après un tel voyage : l’hôtel qui sera le Kaimanainn.

Avec mes 4 jours pleins sur place je crois que j’aurai le temps de visiter l’île et de voir la Moaïs. L’Île en effet ne mesure que 23 km au plus long. J’organiserai sur place en fonction des propositions.

Carrière de moais sur l'île de Pâques