Génèse d’un Tour du Monde

J’étais loin de penser il y a quelques mois que je me retrouverai à organiser un tour du monde express pour cet été. Au départ il me restait quelques destinations dans la liste A de mes voyages à faire dont l’Ile de Pâques et l’Australie. En étudiant un peu ces destinations, je me suis rendue compte du prix élevé des billets d’avion et c’est là que l’idée à germée. Pourquoi ne pas joindre ces deux destinations ? Et c’est là que le billet tour du monde est apparu comme une bonne solution.

Dans mon cas c’est Oneworld qui me permettait de passer par l’Ile de Pâques car incluant LAN. L’avantage : pour le prix des 2 allersretours France-Australie et France-Ile de Pâques, j’avais les liaisons sur l’Ile continent et la possibilité de rajouter quelques arrêts. C’est ainsi que je passerai par Hong Kong à l’aller et que je ferai un stop pour aller voir un autre de mes spots liste A : les chutes d’Iguaçu.

Voilà donc comment début 2013 je me suis lancée dans l’organisation de mon tour du monde express. Un gros travail pour déterminer l’itinéraire en fonction des liaisons aériennes et des disponibilités. J’ai même dû me résoudre à faire le tour vers l’Est alors que j’aurais préféré aller dans le bon sens niveau jetlag. Mais finalement j’ai sorti mon itinéraire et ce site a pour but de vous faire partager cette aventure. Il me servira également de préparation et de pense bête une fois sur place.

Itinéraire du Tour du Monde Express de Stéphanie

Itinéraire du Tour du Monde Express de Stéphanie

Alors merci de m’accompagner et n’hésitez pas à prendre contact avec moi si vous voulez partager des impressions ou poser des questions. Merci.

Visas et vaccins

Formalités d’entrée et visas pour mon voyage:

Hong-Kong : aucun visa requis pour un séjour de moins de 3 mois, passeport valide au moins un mois après le départ. Passage très simple et rapide.

Australie : passeport valide 6 mois après la date de retour et e-visitor. J’ai obtenu le visa quasiment par retour de mail le 25 mai ! Très simple et rapide donc. Attention en arrivant sur place à ne pas apporter de graines, fruits, viandes… Les contrôles sont réels. Déjà un questionnaire, puis le passage des bagages au scanner, s’ils ne sont pas ouverts, il reste encore une dernière barrière : les chiens. Les passagers sans fouille sont placés avec leurs bagages en file et un chien fait le tour pour repérer ce qui n’aurait pas été remarqué. A noter aussi que pour les vols intérieurs il ne faut pas non plus rapporter de graines ou fruits et autres, mais je n’ai pas vu de contrôle.

Chili, Ile de Pâques et Argentine: passeport valide 6 mois après le départ. Pas de visa.

Chili : passage finalement rapide et facile.

Argentine : j’ai été surprise car il faut savoir qu’ils prennent vos empreintes et une photo de vous à chaque passage de douane aérienne. C’est la douane qui m’a parue la plus suspicieuse, ils prenaient du temps et beaucoup d’information. Assez désagréable dans l’ensemble. A savoir.

Pour conduire en Australie ou au Chili, prendre un permis international (c’est fait).

Vaccins et santé :

Hong-Kong, Australie, Chili, Argentine : pas de vaccin exigé. Pour Iguaçu éventuellement Fièvre Jaune, mais je l’ai depuis 2010.

Hong-Kong, Australie, Chili : pas de paludisme. Peu de risque à Iguaçu pour 2 jours, je m’en passerai donc.

Prendre tout de même le carnet de vaccination de voyage car j’ai beaucoup de visas dans mon passeport et on ne sait jamais.

Quelques mots d’anglais

Quand on voyage l’anglais est obligatoire. Même si je suis parfois tombée sur des français dans les restaurants et hôtels, il me semble particulièrement délicat de voyager par soi-même sans parler cette langue universelle.

Et puis bien évidemment tous les tours ou excursions que j’ai pu suivre étaient en anglais.

Alors j’avoue que pour moi ce n’est pas un problème, mais j’ai tout de même rajouté quelques mots à mon vocabulaire grâce à ce périple.

Fern. Ma chambre portait ce nom à Cairns, mais c’est dans la forêt que j’ai vite compris de quoi il s’agissait. Fern = fougère.

Fougère (fern) en Australie, certaines espèces ont connu les dynosaures

Milkyway. Pour moi il s’agit bien évidemment d’une barre chocolatée. Mais je n’avais jamais décomposé le mot et pensé à son autre signification. Chose faite sur la plage de Fraser Island de nuit à observer les étoiles et la croix du Sud. Milkyway = voie lactée.

Hight Tie – Low Tie. Je connaissais déjà, mais on oublie vite, hors ce sont des termes nécessaires au bord de l’eau. Hight Tie – Low Tie = Marée haute – Marée basse.

Kangaroo. Là je crois que la traduction est évidente, mais je le mets pour l’orthographe. Kangaroo = Kangourou

Timber. Au départ j’ai cru qu’il s’agissait d’une espèce d’arbre, mais j’avais du mal à savoir laquelle et à l’identifier. Alors j’ai vérifié et en fait c’est un terme plus général. Timber = bois de construction.

Cassowary : ne vous inquiétez pas si même avec un très bon niveau d’anglais vous ne connaissez pas. Je ne connaissais pas non plus la traduction en français. Il s’agit d’un oiseau de type autruche qui vit en symbiose avec la forêt humide du nord de l’Australie. Je n’ai pas eu la chance d’en observer. Mais comme il peut être dangereux avec ses griffes aiguisées comme des poignards, ce n’est pas forcément si grave. Cassowary = casoar.

Casoars (cassowaries) en AustralieCasoars (cassowaries) en Australie

Stock : c’est un faux ami, il ne s’agit pas que du stock (réserve). Vu sur des cartes de restaurants ou sur des panneaux de signalisation de danger, j’avais du mal à savoir exactement de quoi il s’agissait. Effectivement là aussi c’est un terme un peu général. Stock = animaux d’élevage.

Caterpillar. Pour moi c’était là aussi une marque comme Milkyway, une marque d’engins de chantiers. Mais là aussi il y a une signification au départ. Caterpillar = chenille. Aussi utilisé pour l’insecte du même nom.

Voyage en avion autour du monde

Je craignais le grand nombre de transferts en avion : fatigue, décalage horaire, retards, compagnies…

Finalement ce n’était pas si désagréable. On prend vite ses habitudes et quand on prend des longs courriers à répétition on ne souffre plus réellement de décalage. L’adaptation se fait à la lumière du jour et finalement ce sont les jetlags type 2 ou 3 heures qui m’ont le plus perturbée.

Point de vu sièges dans les avions, j’avais réservé à l’avance les places et j’étais toujours côté hublot. Ça peut servir quand il n’y a pas de divertissement à bord. Car j’ai maintenant une bonne expérience des compagnies aériennes prises et même de certains aéroports. Quelques impressions, conseils et anecdotes :

– se déplacer en avion en Australie au niveau domestique est très facile et inutile d’arriver beaucoup en avance. L’enregistrement se fait maintenant via internet ou par bornes libre-service, les bagages aussi sont à déposer par soi-même et l’ensemble des opérations prend à peine quelques minutes. Passage par la sécurité, encore quelques minutes et finalement en moins d’un quart d’heure on est à la porte d’embarquement.

l’aéroport le plus pittoresque que j’ai fait était celui de l’île de Pâques. Ils annoncent la porte d’embarquement, mais de toute façon il n’y en a qu’une avec partie extérieure donnant directement sur la piste où le seul avion arrivant sera celui à prendre. Un Moai attend avec nous et j’avoue que je me suis dit en voyant les passagers débarquer qu’ils avaient bien de la chance.

Aeroport Ile de Paques

– petite astuce également pour les voyageurs en économique. Sur le trajet Santiago-Ile de Pâques (6 heures) j’avais un siège dans la dernière rangée et j’étais un peu inquiète car j’avais peur que le siège ne s’incline pas. Tout au contraire j’ai eu la surprise d’avoir bien plus de place que dans les autres rangées et un sièges type business avec un repose-pied extractible, un confort inattendu et de quoi très bien dormir parfaitement allongée.

– enfin j’ai un peu d’expérience sur les compagnies aériennes maintenant. Voici donc mon classement. Cathay Pacifique et Quantas très bien. En Australie j’ai également voyagé sur Virgin : vol annulé et vol low cost même si les avions étaient les seuls avec sièges en cuir. En Amérique du Sud : LAN qui a un haut niveau de service et une ponctualité qui m’a semblé plus importante. Enfin dernière compagnie à éviter à tout prix, Ibéria : avions longs courrier (12h) vieux et sans divertissement, personnel très désagréable, menus minables et ils exagèrent sur les annonces des vents hors taxe… Dommage qu’ils soient leader vers l’Amérique du Sud, mais je crois qu’il vaut presque mieux passer par les Etats-Unis car en plus les correspondances à Madrid ne sont pas assurées et j’ai dû courir comme rarement pour ne pas rater mon vol. Ibéria à bânir comme compagnie aérienne et je l’écris également pour moi, pour m’en souvenir et ne plus voyager avec eux car j’avais déjà eu cette réflexion il y a quelques années.

Boarding Pass Boarding Pass Boarding Pass

Boarding Pass Boarding Pass Boarding Pass

Boarding Pass Boarding Pass Boarding Pass

Boarding Pass Boarding Pass Boarding 12